Menu principal

Vous etes ici:

Barre d'outils

Contenu Principal

  • Territoires
  • 27 février 2013

Dossier Présence postale : Innover pour s’adapter aux évolutions

Sommaire

Organisation territoriale et présence postale

Pour les entreprises de services de proximité, comme Le Groupe La Poste, les évolutions des modes de vie des populations et de l’organisation territoriale sont des données très importantes. Elles doivent impérativement être prises en considération pour pouvoir proposer des solutions conformes aux attentes des territoires et de leurs acteurs que sont les citoyens, les élus et les entreprises.

Organisation territoriale et présence postale

Des mutations à anticiper

Chargée de mission de services publics à la Délégation interministérielle à l’aménagement du territoire et à l’attractivité régionale (Datar), Hélène Jacquet-Monsarrat analyse ces mutations : « Nous observons plusieurs évolutions. Tout d’abord, un regain démographique dans le périurbain du deuxième cercle, avec l’arrivée de populations jeunes qui veulent disposer des services publics que l’on trouve en ville. Ensuite, le vieillissement de la population qui se conjugue avec une moindre mobilité et nécessite la présence de services de proximité. L’accent est mis davantage sur l’idée d’un développement durable supposant de limiter les déplacements, de renforcer les transports collectifs et de proposer des services au plus proche. La crise oblige à faire des économies et à améliorer l’efficacité des moyens employés. Enfin, la démarche métropolitaine qui fait l’objet d’une réflexion de mise en réseau des villes avec leur environnement pour favoriser la fluidité et un meilleur partage de leurs ressources propres. »

De son côté, Laurent Davezies, professeur au Conservatoire national des arts et métiers, titulaire de la chaire d’économie et développement des territoires, constate que « les territoires bougent à toute allure. Par exemple, le monde rural a enregistré une baisse énorme de sa population en plusieurs décennies. Les services publics ont tenté de se maintenir, même si, parfois, ils ont réduit leur présence. Aujourd’hui, le monde rural se repeuple. Par conséquent la demande de services se fait plus pressante. Mais ces derniers sont en retard au regard de la progression. Ce mouvement de yoyo n’est pas facile à gérer. D’autant que les évolutions sont en partie imprévisibles et qu’elles s’ajoutent à d’autres phénomènes. Il n’y a pas un monde rural mais des mondes ruraux : la Picardie, l’Auvergne ou la Bretagne sont différentes par nature. Par ailleurs, on y constate des changements sociologiques parfois radicaux avec l’installation d’urbains aux habitudes urbaines ou d’habitants intermittents qui séjournent dans leur résidence secondaire. Aux mutations mises en avant par les experts s’en ajoutent bien d’autres, comme le développement de la réflexion en termes de bassin de vie et non plus forcément en termes de territoire administratif, la rénovation des zones urbaines sensibles et la dématérialisation des services liés aux technologies multimédia. »

Plus d’innovations et de créativité

Ces évolutions posent, aux acteurs publics, un certain nombre de questions. Elles sont aussi une source d’innovation et de dynamisation. C’est le cas pour la présence postale qui s’adapte aux mutations de son environnement au sens large. Deux exemples concrets. Le premier concerne l’Yonne, premier département de France en termes de partenariats avec 129 de ses 195 points de contact postaux relevant du statut d’Agence Postale Communale (créé en partenariat avec une mairie), d’Agence Postale Intercommunale (avec une intercommunalité) ou de Relais Poste (avec un commerce), soit les deux tiers. La communauté de communes entre La Cure et Yonne, composée de quinze communes peuplées de près de 6 000 habitants, se distingue particulièrement avec pas moins de cinq API mutualisées : Cravant, Mailly-la-Ville, Arcy-sur-Cure, Accolay et Mailly-le-Château. Bénéficiant du label d’État Relais Services Publics (RSP), elles proposent des services postaux et/ou un secrétariat de mairie, de la documentation de Pôle emploi, de la CAF, des permanences de la Maison de l’emploi et de la CPAM, un accueil de Conseil général et l’orientation vers ses services, un point tourisme, un accès Internet ou Wi-Fi, ou encore une offre de reprographie-fax.

Le second exemple se situe dans le Gers. Sur proposition de la Commission départementale de présence postale territoriale, Le Groupe La Poste a mis en place un Relais Poste qui fait rimer « innovant » avec « ambulant ». Il s’appuie sur un camion-épicerie qui sillonne quatorze communes, dont huit se trouvaient jusqu’alors éloignées d’un point de contact : « L’évolution de la société, avec un libéralisme et une mondialisation difficilement contrôlables, doit absolument s’accompagner du maintien de la proximité des services sous de nouvelles formes, puisque la quantité de services publics mis à disposition des populations rurales n’augmentera pas. Au contraire. Il faut donc inventer des nouvelles formes d’accès aux services publics et toutes les initiatives, pour y parvenir, doivent être encouragées », commente Pierre Coron, sous-préfet de Mirande, chargé d’une mission départementale sur les services publics en milieu rural.

L’intelligence locale

Ces exemples sont révélateurs de l’état d’esprit avec lequel il faut aborder la question de la présence postale : en prenant en compte les paramètres institutionnels et sociétaux, en recherchant à faire du sur mesure à partir de « l’intelligence locale », ce qui suppose le renforcement de la collaboration avec les collectivités locales.

Il faut imaginer une présence postale innovante, audacieuse, multiforme – en jouant notamment la carte de la mutualisation avec d’autres opérateurs de services comme dans les PIMMS* – et multicanal – en proposant la lettre recommandée classique, à envoyer ou retirer depuis un point de contact, et la lettre recommandée dématérialisée. La réflexion est ouverte. •

*Point d’information et de médiation multiservices.

Tous les sujets de ce dossier

Patrimoine

La Banque Postale au service du développement des territoires

La Banque Postale au service du développement des territoires

  • 17/09/2014

Patrimoine

Marie-Christine Esclassan, professeur de finances publiques et de fiscalité à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, membre du comité d’orientation de La Banque Postale*

  • 17/09/2014

Patrimoine

Gérard Mayaud, maire de Chaillac (Indre)

  • 17/09/2014
Tous les articles

Vos contacts en région

Les 22 délégués régionaux sont vos interlocuteurs privilégiés en région. Pour les relayer, les délégués départementaux coordonnent l'action du Groupe dans le département.

Trouver un contact

Retour haut de page

Pied de page